Au même titre que les nouvelles solutions de mobilité (autopartage, covoiturage, etc.), l’éco conduite a pour objectif de préserver la planète, les finances des entreprises ainsi que de garantir la sécurité des Collaborateurs.

Découvrez le concept, les avantages qu’elle procure aux entreprises, aux Conducteurs ainsi qu’à l’environnement. Nous vous aiderons ensuite à mettre en place cette politique routière au sein de votre entreprise et à sensibiliser vos Collaborateurs. Nous terminons cet article par une liste de conseils à suivre afin de devenir un éco conducteur exemplaire.

L’éco-conduite c’est quoi ?

L’éco conduite, également appelée conduite éco-citoyenne, se définit comme une méthode de conduite plus responsable et plus respectueuse de l’environnement. Plus précisément, ce comportement routier est l’une des nombreuses solutions mises en place par les autorités publiques et les Gestionnaires de Flotte de façon à réduire l’empreinte écologique du parc auto sur la planète tout en réduisant les dépenses en carburant.

Ce type de conduite permettra aux Gestionnaires de Parc de véhiculer au sein de leur entreprise :

  • Une sécurité renforcée : l’éco conduite augmente le sentiment de sécurité grâce à une anticipation de la circulation bien meilleure (lecture de la route, respect des distances de sécurité, etc.),
  • Un impact moins important sur l’environnement : l’éco conduite permet de réduire l’impact écologique du véhicule en raison d’une consommation de carburant plus basse et d’un rejet plus faible d’émissions polluantes dans l’air,
  • Une meilleure gestion de la flotte : l’éco conduite est un comportement routier favorable aux finances de l’entreprise puisqu’elle permet de diminuer la consommation moyenne de carburant de la flotte de véhicules professionnels d’environ 15% (optimisation du budget carburant, ravitaillement en carburant moins régulier) ainsi que l’accidentologie (nombre d’accidents et de sinistres en baisse) et donc bénéficier de cotisations plus avantageuses.

Pour cela le Gestionnaire de Parc doit faciliter l’apprentissage de l’éco conduite auprès de l’ensemble des Conducteurs de la société grâce à un large choix de solutions.

Comment favoriser l’adoption de l’éco-conduite ?

L’éco conduite en entreprise débute par un suivi et un pilotage efficace de la part du Gestionnaire de Parc sur l’entretien du parc des véhicules professionnels et utilitaires légers. Grâce à un entretien régulier et rigoureux, la flotte auto étendra sa durée de vie tout en assurant une consommation de carburant optimale. Un manque d’entretien (huile usée, filtration peu efficace, anomalie de fonctionnement, etc.) occasionne une surconsommation de carburant allant jusqu’à 20%.

Une mise à jour de la « Car Policy » est nécessaire afin d’inclure l’éco conduite dans cette charte de bonne conduite. Dans ce document, le Gestionnaire de Parc définira les règles à respecter, le comportement et les réflexes à adopter dans le cadre d’une éco conduite.

Par la suite, il a la possibilité d’organiser lui-même ou de confier à un organisme externe des sessions de sensibilisation à l’éco conduite. Il peut également profiter d’évènements réguliers mis en place par la Sécurité Routière, les constructeurs, les compagnies d’assurance ou encore les administrations publiques (métropoles, conseils départementaux ou régionaux, etc.).

En agissant positivement pour l’environnement, les Conducteurs percevront cette démarche volontariste comme un investissement sur le long terme correspondant aux valeurs de l’entreprise tout en valorisant l’image de cette dernière. De cette façon, le Gestionnaire de Parc parviendra à fédérer l’ensemble de ses Collaborateurs en les impliquant dans la réussite de ce projet d’entreprise.

Enfin, le Gestionnaire de Flotte évaluera de manière individuelle les performances de conduite des Collaborateurs selon des critères économiques (consommation moyenne, kilomètres parcourus, type de routes empruntées, etc.) et des critères de sécurité (pression des pneumatiques, éclairage, utilisation du frein moteur, accélération graduée, etc.). Une synthèse découlera de cette analyse, elle pourra être présentée lors d’un entretien individuel avec pour objectif d’améliorer certains comportements routiers par la suite.

Les 10 commandements de l’éco-conduite

  1. Premièrement, l’ensemble des Conducteurs de la société est convié à adopter une conduite souple lors des déplacements professionnels. En suivant cette démarche, ces derniers solliciteront moins le moteur et ses organes (maintien des distances de sécurité, anticipation des ralentissements, préférence pour le frein moteur que la pédale de frein) grâce à des accélérations progressives et des freinages anticipés.
  2. Le Conducteur a la possibilité de préparer son trajet à l’aide d’un GPS ou tout autre outil de navigation (applications sur Smartphone, sites de calculs d’itinéraire comme Mappy ou ViaMichelin, etc.) en vue de choisir le trajet le plus court ou le plus rapide. De cette façon, il évitera les détours et les kilomètres inutiles tout en améliorant sa productivité grâce à un gain de temps. D’autre part, le Conducteur planifiera son départ chez un client ou chez un fournisseur dans l’optique de partir à l’heure, voire en avance, et d’éviter tout excès de vitesse mettant en péril sa sécurité.
  3. En vérifiant régulièrement (1 à 2 fois par mois) la pression des pneus de son véhicule, le Conducteur s’assure d’une consommation de carburant juste tout en garantissant sa sécurité au volant grâce à une tenue de route optimale.
  4. En ayant le réflexe d’éco conduite, le Conducteur chargera utilement son véhicule. Nous lui suggérons de retirer les barres ou coffres de toit quand ils ne sont pas utilisés puisque ces éléments sont synonymes d’une surconsommation de l’ordre de 10 à 15%. De plus, le poids du véhicule impacte directement la consommation de carburant. Nous conseillons donc au Conducteur d’alléger au maximum son véhicule puisqu’une centaine de kilos supplémentaires occasionne une surconsommation de 5%.
  5. Durant les premiers kilomètres, le Conducteur est invité à rouler à vitesse modérée de façon à permettre au moteur de monter doucement en température. En effet, c’est pendant que le moteur est froid que la pollution est la plus importante.
  6. Ensuite, le Conducteur pourra réduire la consommation moyenne de carburant de son véhicule en changeant de vitesses à bas régime, autrement dit à l’approche des 2 000 tours/min pour une voiture diesel et dès 2 500 tours/min pour un modèle essence.
  7. Une diminution de la vitesse moyenne du véhicule de société est également source d’une baisse de consommation de carburant et du rejet de dioxyde de carbone. À titre d’exemple, rouler à 10 km/h en dessous des limitations de vitesse favorise un gain de carburant de près de 10% (jusqu’à 1 litre de carburant tous les 100 kilomètres) et des émissions de CO2 diminuées de 12,5%.
  8. Lors d’un arrêt prolongé supérieur à 30 secondes, le Conducteur est prié de couper le moteur de sa voiture de fonction. Même à l’arrêt, un moteur tournant est source de consommation de carburant.
  9. La climatisation doit être utilisée avec parcimonie dans l’optique d’éviter une consommation de carburant excessive. Nous conseillons aux Conducteurs de la société de limiter l’écart de température extérieure et intérieure à 5°C auquel cas, le véhicule du Conducteur risque d’afficher un excès de consommation de carburant pouvant atteindre les 20%. De plus, fermer les vitres en roulant abaisse la résistance au vent se traduisant ainsi par une économie de carburant pouvant aller jusqu’à 10%.
  10. L’usage des dernières technologies profite également à l’éco conduite de par le système « Stop & Start », le régulateur et limiteur de vitesse ainsi que par les systèmes de navigation embarqués ou via les applications mobiles.

Les bénéfices de l’éco conduite sont nombreux pour toutes les entreprises et pour leur Gestionnaire de Parc. En modifiant les habitudes de conduite, le Gestionnaire de Parc va ainsi créer une cohésion de groupe entre les Conducteurs mais également améliorer l’expérience de conduite de ces derniers tout en garantissant leur sécurité à bord. D’autre part, il parviendra à opérer une gestion efficace de sa flotte auto avec l’intention d’optimiser le TCO et la fiscalité du parc.